Un jour, une chanson [22/31] avec Malavoi – “Exil”

Une autre conséquence de l’ère post-abolition pour les Caribéens est la migration d’une partie de la population vers d’autres pays pour trouver du travail. Aux Etats-Unis et au Canada, certains quartiers de grandes villes symbolisent la présence de ces Antillais. Pour les francophones, la destination traditionnelle était la France hexagonale. Même après l’arrêt du BUMIDOM en 1981 au bout de près de 20 ans d’existence, quitter l’île pour une vie “meilleure” est une question qui se pose pour de nombreux Antillais, notamment au moment des études supérieures. Ainsi, s’est développée aussi une communauté antillaise dans les grandes villes de la France hexagonale. Il existe un fossé et en même temps un lien incassable entre le peuple de l’île et celui qui est né et a grandi sur le sol européen. Certains artistes en parlent comme Ralph Tamar de Malavoi avec “Exil” en 1988.

Advertisements

1 Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s