A Mains nues, ou l’histoire contemporaine d’une Afropéenne

Comme je follow Mrsxroots sur Twitter depuis environ un an, c’est avec joie que j’ai appris la sortie de son roman A Mains nues. Bon, ceux qui suivent mon blog depuis un moment connaissent ma réticence à faire des achats sur Internet, mais j’étais prête à acheter le livre online quand Lis Thé Ratures à annoncer une séance de dédicace pour le 25 mars. Je me suis dit que j’achèterais sur place et j’étais donc d’autant plus impatiente de découvrir l’histoire quand elles ont annoncé un report au 1er avril. Objectivement parlant, ça m’arrangeait, mais cela retardait d’autant ma découverte du livre. Je ne dis pas ça pour faire du http://www.mylife.com mais pour vous montrer à quel point j’avais hâte de découvrir Sibylle. Il se trouve que j’ai plus passé l’après-midi à papoter avec @M0moForrest qu’à lire. Ce n’est donc qu’une heure avant le début de la rencontre dédicace que j’ai commencé ma lecture. Ayant eu le temps d’arriver à quelques pages de la fin de la première partie, j’étais à peu près au fait des personnages, des relations sans pour autant avoir choisi de #Team (même si la propriétaire de LTR était à fond pour #TeamNikolaï~)

Discuter d’un livre que je n’ai pas lu en entier, qui plus est en discuter directement avec l’auteure, était une expérience inédite mais intéressante et enrichissante. Laura Nsafou nous a expliqué son processus d’écriture, ses choix dans la structure du récit, ses réactions par rapport aux différents retours qu’on lui fait de son roman. J’ai repris ma lecture le lendemain et fini en deux heures (vive les trajets en transports en commun).

A Mains Nues suit les aventures de Sibylle dans sa découverte d’elle-même. Suédoise afropéenne… ou Afropéenne suédoise, cette vingtenaire souffre d’haptophobie c’est-à-dire qu’elle a peur de toucher et d’être touchée. Cette maladie l’empêche d’entretenir une vie sociale en toute liberté. Quant à l’amour, elle le cherche. Matza, le danseur allemand charismatique, ou Nikolaï, l’homme d’affaires russe riche. La difficulté pour elle est d’accepter d’être aimée et d’aimer sans se perdre. Sans spoiler, disons qu’elle traverse plusieurs épreuves lui permettant de trouver son équilibre personnel, quitte à souffrir au passage. Oui, car ce que j’avais en tête en lisant la dernière page n’était pas “suis-je d’accord avec son choix amoureux ?”. Je suis partisane de “l’amour de soi est la condition première pour aimer les autres”. Aunty Whitney l’appelait “The Greatest Love of All” et j’étais simplement contente de voir que Sibylle cherche à faire la paix avec elle-même et à vivre en accord avec sa définition du bonheur.

Je l’ai dit à l’auteure, et je confirme ce que j’ai dit maintenant que j’ai tout lu. Ce que j’apprécie avec A Mains Nues est le fait de lire une histoire contemporaine centrée sur une femme noire ordinaire. Je ne me sens pas particulièrement Afropéenne, en tout cas pas dans le sens où celles qui sont nées et ont été élevées sur le sol européen le ressentent probablement. Par contre, lire une intrigue portée par une femme noire dans ce contexte contemporain occidental sans référence à du surnaturel, au poids de l’Histoire fait du bien. Attention, je ne dis pas que je n’aime pas ce genre de romans, mais je crois que la création dont nous sommes capables peut passer par d’autres voies. Il y a peu d’éléments sur les causes de la maladie de Sibylle, mais l’histoire de son mal-être n’est pas présentée par le fait qu’elle soit Noire. A Mains Nues réussit à raconter un parcours individuel spécifique en évitant les clichés littéraires habituels et en y ajoutant des éléments universels.

Sinon, vu que j’aime shipper les inshippables, je me mets dans la #TeamSaad qui n’existe même pas. Ha !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s